Comme je vous le disais, les expositions selectionnées par Depardon étaient regroupées en 3 themes. Aujourd'hui, je vais donc vous parler des « Compagnons de route »: photographes, amis, artistes... du reportage à la presse people en passant par la mode et l'art contemporain, qui l'ont aidé et avec qui il a toujours échangé tout au long de sa carrière...

 

 

Beaucoup des expositions étaient réunies un peu en dehors du centre ville, aux anciens ateliers SNCF, aujourd'hui en ruine mais en passe d'être rehabilités, Pour une amatrice de friches industrielles, ces 11 ha de bâtiments à l'abandon donnaient envie de s'y égarer.

 

Mes coups de coeurs chez les « Compagnons »:

 

 

Susan Meiselas (2 expositions):

 

 

- «Carnival Strippers » , un de ses tout 1er travail: pendant 3 étés (de 1972 à 1975), elle a photographié et interviewer des femmes stripteaseuses dans des fêtes foraines de la Nouvelle Angleterre. Des N&B magnifiques, un grain splendides qui vient adoucir la crudité de certaines images. Personnellement, j'ai adoré! Un magnifique regard porté sur ses femmes!

 

 

Je prefere vous laisser admirer ses images  et vous livrer quelques extraits:

 

 

Le Boniment (extrait):

 

 

« Attention, attention!!!Faites bien attention! On arrête la musique!Car vous allez voir du burlesque, du strip-tease; elles vont vous faire un drôle de tchou-tchou,et, papa, elles montrent tout! Le spectacle va commencer – c'est maintenant ou jamais!Vous pouvez être au 1er rang, je dis bien au 1er rang, où vous n'en perdrez pas un poil, où vous vous lecherez les doigts ! Car il suffit de lever les yeux, vous verrez tout ! (,,,)

 

Des filles, des filles, des filles ! Voici Candy ! Quand Candy danse, les vieux se sentent jeunes, et les jeunes se sentent mieux !!! Elle donne au mari de quoi resister chez eux au rouleau à patisserie, et au marins de quoi suer sang et eau ! (,,,)

 

Le spectacle va commencer, et elle n'en cache pas un petit bout!!! »

 

 

Lena, stripteaseuse:

 

 

« Etre stripteaseuse, c'est ce qu'il y a de plus proche du monde des hommes. C'est une dure existence. Il vous faut de la force et du caractere. Les hommes dependent de vous – pour les divertir et pour leur faire gagner de l'argent. Et quand ils entrent, c'est à la fille de se débrouiller. Elle a 40 bonshommes devant elle. Ils pourraient la mettre en petit morceaux. Elle doit les contrôler, les retenir, et tout ce qu'elle a pour ça, c'est sa cervelle et son talent. Les hommes sont incapables de voir que c'est ça. Les filles considerent ça comme revolutionnaire – pouvoir dire pour la 1ere fois de leur vie : « Je te fais manger dans la paume de ma main » »

 

 

- « Recadrer l'histoire »

   

 

Susan Meiselas a aussi beaucoup travaillé sur l'Amerique Latine (notemment sur la question des droits de l'homme). En 1979, elle etait présente lors de l'insurection contre la Garde Nationale de Somoza au Nicaragua. 25 ans apres, elle a réalisé avec les clichés de l'époque, des grands tirages sur une sorte de toile resistante, qu'elle est allé suspendre sur les lieux exacts où ils avaient été pris. Ainsi, en parallele de l'expo, on pouvait visionner un film montrant l'installation des ces tirages, la réaction des gens, leurs commentaires sur cette époque, ce qui a changé (ou non) ...  Absolument passionnant !

voir: susanmeiselas.com ; MagnumPhoto 

 

 

 

2eme coup de coeur: Gilles Caron & Don McCullin

 

 

« Chant/contre-chant 1967-1970 »

 

 

ou le regard croisé de deux photographes de guerre de legende, à travers des zones de conflits, à la fin des années 60: guerre des 6 jours, Vietnam, Biafra, Tchad, Irlande du Nord et Cambodge (où Caron a finalement disparu, 1er d'une série d'une vingtaine de journalistes et cooperants disparus cette année là ; quant à Mc Cullin il fut blessé par un tir de mortier quelques semaines plus tard),

 

 

Une expo passionnante, qui nous replonge en plein dans l'horreur de ces conflit. Personnellement, au final, ma « preference » -si je puis dire- allait à Caron, qui je crois, meriterait plus de reconnaissance...

 

 

Mc Cullin, à propos de Caron : « Dés qu'un nouveau conflit éclatait quelque part dans le monde, je me disais toujours qu'il fallait toujours que j'arrive sur place avant Gilles. Je savais que nous serions en compétition et que nous ferions tout notre possible pour ramener le reportage le plus fort et le publier en 1er. (...) Il se passe peu de jours sans que je pense à sa disparition, au courage dont il a fait preuve, et au prix qu'il a payé pour exercer son métier. En temoignant sur ces évenements que certains gouvernements auraient tant souhaiter pouvoir cacher, il voulait simplement rendre le monde un peu plus vivable, un peu plus juste. »

 

 

 

A noter que McCullin, proposait une seconde exposition, « Un coin d'Afrique », sur les tribus semi-nomades du sud de l'Ethiopie (photos prises en 2003-2004), principalement des portraits ou photo de groupes, souvent d'hommes en tenue traditionnelle. Un monde où selon le photographe, « les hommes sont couverts d'armes, et où le danger est partout autour de soi »

 

 

j'ai eu du mal à trouver des images se rapportant plus à cette expo, voir: McCullin  & Caron
   

 

 

Autres « Compagnons de route »:

 

 

-Guy Le Querrec, « l'Oeil de l'élephant » , photographe de la société française, de l'Afrique et du monde du jazz. L'exposition présentait un extrait des differentes facettes de son travail, je me suis plus particulierement arrêtée sur la série « les français en vacances »

 

 

-David Burnett, « Politique,S 1973-1977 » , exposition reprenant des images du coup d'etat contre Allende, au Chili en 1973, ainsi que de nombreux clichés de la vie politique française (Giscard, Mitterand etc..) , Interessant... Le plus français des photographes americains selon Depardon.

 

 

-Dominique Isermann, « Cartes postales » L'exposition tire t elle son nom du fait que l'on y vendait, des cartes postales reproduisant ses celebres clichés? Toujours est il que j'étais relativement déçue de ne pas pouvoir admirer reellement des tirages puisque l'expo consistait en fait en une sorte de retrospective projetée sur grand ecran. Malgré tout, j'ai quand même pris plaisir à découvrir un peu mieux cette grande photographe de mode.

 

 

-Claudine Doury, « Au delà des steppes », jeune photographe de l'agence Vu , Exposition interressante sur une Asie Centrale post soviétique,,, Un beau regard, à suivre,,,

 

 

-Sophie Ristelhueber, « Eleven Blowups » Une installation inédite, crée spécialement pour Arles, et composée d'images créees à partir de rushs vidéos de l'agence Reuters. Personnellement, j'avoue avoir été déçue par cette exposition qu'à la lecture du concept j'avais vraiment envie de voir... L'exposition consiste en fait en une ballade dans un appartement vide, où 11 images grand format,représentant uniquement des trous d'obus, ont été collées à même les murs. Interessée par le concept de départ, j'avoue ma deception face à la réalisation finale...

 

 

-Daniel Angeli, projection et commentaire audio du photographe des stars, un des tout 1er compagnon de route de Depardon. Tres interessant de l'entendre parler de l'evolution de la presse people, des papparazzis, de ses relations avec les stars (depuis 10 ans, il est le photographe attitré de Johnny Hallyday par exemple).

 

 

 

 

 

 

Articles à venir: 

 

 

« Les photographes du politique et de la société »

 

« Les prix des Rencontres »